Quelques tensions pour calmer la " bête "  m’ont éloigné du blog depuis St Martin. Et je m’aperçois que certains s’interrogent sur ce qu’il s’est passé, voici ce que j’ai vécu depuis la Martinique. Avant son départ Pol avait désigné quelques uns d’entre nous pour suivre sa route par l’envoi de points réguliers par la balise Spot. Il était prévu 2 envois par jour 06 h et 18 h locale, Martinique, cela correspond à 12h et 24h en métropole et aux prises de quart de Manu. Etant le local de l’étape je m’y suis intéressé de près. Le premier point est envoyé depuis la baie du Marin au niveau du Club Med le 29 mai à 18 h locale, suivi d’un appel téléphonique….on part !!!. Initialement le départ était prévu pour le lendemain matin, mais le Capitaine est pressé d’en découdre. 2ième point le 30 mai à 05 h30 à l’est de la Caravelle "Tout va bien,  n'eus ket da glem" 30 mai 18 h …Pas de point. 31 mai 06 h …Pas de point. Intrigué j’appelle Patou, le seul que j’ai pu joindre, et il ne faut pas affoler tout le monde. Par acquis de conscience, Patou contacte le Cross Gris Nez pour savoir s’il y a quelque chose de signalé sur la zone. Le cross confirme, la météo est bonne et il n’y a pas de soucis à se faire. (Le Cross Gris Nez est le Cross qui a en charge la zone hors métropole). 31 mai 18 h …Pas de point. 1 er juin 06h un point enfin….Ouf !! "Tout va bien,  n'eus ket da glem" Une explication plausible, nous avions des brumes de sable (du Sahara) importantes en ce moment et il arrive qu’elles perturbent les liaisons radio. Et les points se succèdent jusqu’au 03 juin à 06h "Tout va bien,  n'eus ket da glem" Le bateau est à environ 360-400 miles dans le Nord- Est de St Martin et sa route est en ligne droite depuis le premier point de la Caravelle. Une heure et demie plus tard nous recevons un nouveau point.

" quelques problèmes, mais on gère...  Kudennigou'zo!"

Sur la carte le bateau a viré et fait maintenant route au Sud-Ouest, direction les iles du Nord de l’arc Antillais. Aussitôt le tamtam se met en route, et après analyse avec Patou, nous concluons que compte tenu de la distance parcourue entre les 2 points et la vitesse du bateau, que le bateau marche bien et qu’il doit y avoir un souci avec un homme de l’équipage, nous pensons un blessé. Une heure plus tard Dominique nous informe que les deux balises de détresse ont été déclenchées….et nous n’avons pas de moyen de communiquer avec le bateau ! Je vous laisse imaginer l’ambiance !!!!! Patou de son coté est en liaison avec le cross Gris Nez et moi je contacte le Crossag (Antilles Guyane) Je leur transmets les points que j’ai et surtout la carte spot qui donne la route du bateau. Le Crossag m’explique que le bateau n’est pas dans sa zone de surveillance, il est dans la zone Américaine et que les Coast Guards Américains ont pris en charge l’appel de détresse. Le chef de quart du Crossag m’explique que les Coast Guards ont des hélicoptères basés à Puerto Rico, mais que le bateau est trop loin, hors de portée d’hélico. Ils ont aussi des avions, mais basés encore plus loin, à MIAMI. A cette heure, 10h, compte tenu de la distance, il pense que les Coast Guards ne pourront que détourner les bateaux sur zone. Vers 14h appel du Crossag, un avion des Coast Guards a survolé le bateau (pour ceux que ça intéresse regardez sur une carte la distance entre Miami et le point indiqué plus haut) et a pu dialoguer avec l’équipage. On apprend que c’est le skipper qui ne va pas bien et se plaint de douleurs abdominales (dial avec Patou "On le dit à Dominique ? Oui bien sur, elle doit savoir !) Ensuite, je pense que les Coast Guards estiment qu’une consultation avec un médecin est nécessaire et ils décident de détourner un bateau pour récupérer le malade pour pouvoir faire une consultation par radio. Par chance la zone est fréquentée c’est la route entre Panama et l’Europe. 17 h le Crossag rappelle, Pol est sur un Porte-conteneurs et les médecins pensent qu’il pourrait s’agir d’une occlusion intestinale ou une appendicite. Le Crossag me demande si les équipiers peuvent ramener le bateau. Je connais peu Davy et Manu, que je n’ai vu que deux soirées, mais les points indiquent que le bateau file bien depuis le matin et l’allure est débridée….Je confirme Le Crossag qui dispose maintenant de la carte SPOT , il suivra aussi le bateau jusqu'à l’arrivée. Dès le départ j’avais demandé au Crossag de négocier avec les Américains, si possible, de ramener Pol sur St Martin. Au moment ou je le demande je ne sais pas si Pol sera opéré ou pas, si Dominique sera obligée de venir ou pas. Pour éviter tous les problèmes de visas et passeports pour la famille et l’équipage, il vaut mieux qu’il soit rapatrié sur une ile française…. Et ca marche ! Maintenant Pol est sur le Porte-conteneurs et il faut le ramener sur St Martin d’urgence…………..Et il est hors de portée….. Les Coast Guards dépêchent un patrouilleur de la Marine Américaine avec un hélicoptère embarqué vers le Porte-conteneurs. Il fait route toute la nuit pour être sur zone le matin, à portée simultanément du bateau et de St Martin. L’opération d’hélitreuillage est prévue pour le lendemain. L’hélico déposera Pol le 04 juin vers 10h à St Martin Grand Case ou une ambulance des pompiers l’attend, puis direction l’hôpital. L’opération de sauvetage aura duré environ 24h et l’occlusion intestinale est confirmée. Frico Disull continue de nous envoyer des points régulièrement et je préviens Pol le 06 juin au soir que le bateau sera rentré en fin de nuit ou demain matin. Sur son lit, entubé et sous perfusion la réponse du propriétaire est catégorique "Je ne veux pas qu’ils rentrent de nuit ! " Ca y est il revit ! On le retrouve !

Il a tout simplement oublié qu’il y a un nouveau skipper à bord et que la décision lui appartient.

Et vous connaissez la suite….mais peut être pas tout !!!! Le matin de sa sortie, je joins Pol, il est encore dans son lit d’hôpital et vient d’être débranché. D’une voix rauque (l’intubation a laissé des traces), je l’entends me dire : "Je sors cet après midi, demain on range le bateau, je lave mes draps, on fait le plein d’eau et on repart !" Et comme il est certain que ce n’est pas une connerie, il ajoute :

" Et surtout, tu n’en parles à personne !!!!!"

En réalité, il était encore en train de nous préparer un festival, mais je le laisse vous raconter la suite du second épisode que nous avons évité de justesse, "Les Bronzés font de la voile" Le Crossag, les Coast Guards, la Marine Américaine et les bateaux sur zone l’en remercient !!!! On l’aime bien comme il est, il n’a pas besoin de se surpasser pour nous épater, et surtout qu’il nous laisse souffler un peu !!! Jacques Chef de quart au Cross Macabou