Donc le 24/12/12, veille de Noël avons déploré une avarie, avec la cassure du taquet de drisse de code5 ; l'impact en tête de mat a détérioré l'aérien (neuf) d'anémomètre. Le skipper a donc peu de chance avec ce genre de matériel, il prend la décision irrévocable de se contenter désormais d'un appareil à main. La pêche des Daurades coriphènes se poursuit, quelle chance de pouvoir progresser en pêche sous l'autorité bienveillante et compétente de Alexandre. Notons toutefois que lors des captures il pousse des cris (que certains pourraient dire Reichiens) qui peuvent inquiéter quant à sa santé mentale. Mais pas de problème, le poisson péché est succulent. (vous verrez plus tard comment nous sûmes l’accommoder de manières variées.) Nous ne reviendrons pas sur le réveillon sauf à dire l'intensité de nos chaleureuses pensées pour nos êtres chers, sous d'autres latitudes en ces circonstances de noël et d'anniversaires. (Dominique et Azilis sont du 25 Décembre, ainsi que, fort curieusement, Philippe, le jumeau de Dominique). Ceci dit la soirée fut chaude, festive et de haut niveau gastronomique. Nous nous sommes faits quelques petits cadeaux, T shirts, livres, disque, verres à liqueur en bambou... Avons pu photographier Antrax et Antraxine les oiseaux qui nous accompagnent depuis le CAP VERT. Il s'agit de PETRELS tempête. L'un d'entre eux s'est même introduit une fois dans le carré. Ramassons tous les matins des poissons volants sur le pont, ils sont plus beau en vol que vautrés sur le bateau avec leurs gros yeux efficaces dans l'eau et l'air. Merci à Catherine et Dominique qui nous ont dotés d'une cocotte minute, contre notre gré, en faite nous l'aimons jusqu'à l'abus...de fayots!(Nous devons envisager un sevrage) Lomig nous a fait du pain, plutôt bien réussi. Le 28/12/12 croisons un yacht à moteur, le seul bateau depuis le Cap Vert. Le 28 toujours, Lomig et Alexandre se font tracter par le FRIKO DISUL pour marquer la mi parcours et nous sommes dépassés par un banc d'un bon millier de dauphins.... époustouflants. 29/12/12 sauvetage des bananes ultimes, sous forme de rhum (Alex) et gâteau bananes (Pol) 30/12/12 Lomig pense, bien sur à sa maman dont c'est l'anniversaire. Nous faisons tourner le groupe électrogène sur la plage avant pendant 7h.forte charge donc du parc batteries et très faible nuisance. Nous convenons de le refaire tous le 5 à 6 jours. 31/12/12 Bon anniversaire Mameye !! nous démontons entièrement les deux bras du pilote ST4000 AUTOHELM, nous nettoyons, dégrippons, intervertissons les moteurs pour en faire un excellent et un moyen. Succès, c'est le deuxième dont nous usons depuis, et il est désormais silencieux (même lui ,le moyen) , de plus il ne chauffe plus. Réveillon , voir plus loin les photos et le menu. A minuit le 1/1/13 nous lançons un appel VHF de bonne année et recevons une réponse immédiate en anglais. Il y' a donc des voisins dans les 25 miles ! C'est alors que nous tombe dessus le premier grain depuis le départ. Devons réduire la voile sous une grosse pluie,delicieusement chaude et un vent genereux. Vivifiante entrée dans l'année 2013. Les 2 et 3 Janvier déplorons un courant contraire qui réduit un peu notre moyenne (Nous aurons un regime,vents,courants perturbe jusqu'à St Laurent.Nous vous invitons a lire le commentaire de Forban 3 a ce sujet,Olivier Gallo est manifestement tres documente.Merci Olivier pour ces ecrits savoureux et pertinents). Le 3 sortons une Daurade coriphene de 127cm. Énorme , nous ne vous disons pas les cris d'Alexandre, par bonheur nous nous y habituons !Pol a eu un dur travail pour pouvoir la saisir dans la jupe, il a réussi à la bloquer avec ses jambes afin de pouvoir « servir » la bête, tel Augustin dans sa pratique de garde chasse. Ceci étant , nous progressons toujours fort bien . Le 4/1/13 vers 12h (heure française c'est à dire au lever du jour) nous passons les moins 100Mn avant la bouée d’atterrissage sur le Maroni. Nous allons nous rapprocher de la côte au mieux pour tenter un appel téléphonique dans la nuit puis mettre à la cape en mer en attendant le jour pour remonter le fleuve.